entre réalité et fiction, Natacha Wolinski, 2016

Anaïs Boudot entre réalité et fiction, Natacha Wolinski, 2016
Le quotidien de l'Art, Prix la Samaritaine

Des escaliers qui n’aboutissent nulle part. Des colonnes qui émergent
du noir et réverbèrent une lumière irréelle. Des perspectives étranges
qui ouvrent sur le vide. Des architectures et des labyrinthes impossibles
comme dans les dessins de Maurits Cornelis Escher. Les images de la
Samaritaine réalisées par Anaïs Boudot interrogent et troublent. Aux prises
avec un bâtiment en mutation, la photographe a choisi de démultiplier les
possibles : les négatifs papiers ont été manipulés, les images ont fait l’objet
de découpages et de collages, les techniques numériques ont été appariées
à des pratiques argentiques. Mieux encore, les photographies prises sur
place ont parfois été associées à des images d’archives, de sorte que les
vues du passé cohabitent avec celle du présent. Anaïs Boudot a réinventé
les lieux à sa façon, mixant espaces réels et fictionnels, jouant sur le grain
des images pour déréaliser encore ses compositions. Face à ces photos où
les repères s’estompent, où la pénombre se creuse, il ne reste plus qu’à
se perdre pour mieux déambuler dans ce qui ressemble fort à une image
mentale des lieux.